Coupe du monde de rugby : les prix des locations saisonnières s'envolent

Karin Scherhag 08 sep 2023
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Du 8 septembre au 28 octobre, neuf villes accueillent les matches de la Coupe du monde de rugby en France. Et dans ces villes, les tarifs des logements saisonniers sont multipliés par deux - voire trois - les jours de rencontres. En particulier à Saint-Etienne et Marseille.

Image
C'est à Saint-Etienne que les prix flambent le plus pendant le Mondial de rugby.
C'est à Saint-Etienne que les prix flambent le plus pendant le Mondial de rugby.
Sommaire

Des prix en hausse de 51% pour France-Nouvelle Zélande

Le coup d’envoi de la Coupe du monde de rugby sera donné ce soir au Stade de France (Saint-Denis). Une affiche de rêve puisque la France, pays hôte, affrontera la Nouvelle-Zélande et ses All Blacks. Et comme pour les Jeux Olympiques de Paris 2024, l'événement fait exploser les tarifs des locations saisonnières. Pour ce match d’ouverture, les nuitées se négocient en moyenne à 172 €, soit une augmentation de 51%.

Une étude  réalisée par Liwango - qui analyse les données sur la location saisonnière - avec Likibu - un comparateur de locations de vacances - relève les évolutions de prix dans les neuf villes hôtes. Et dans certaines d'entre elles, les prix peuvent doubler, voire tripler, lors des matches les plus attendus.

À Saint-Etienne, le prix des locations peut bondir de +116% 

Et c'est Saint-Etienne qui connaît la plus forte progression de tarifs. La ville qui accueille quatre matches du mondial (entre le 9 septembre et le 1er octobre) voit les prix de ses locations de courte durée augmenter de +41 % en moyenne sur toute la durée de la compétition.

Mais les prix explosent les soirs de match : au minimum +104 % (135 € en moyenne lors de la rencontre Australie- Portugal, avec des pics à 470 € pour 5% des locations) à +116 % ( 141 € pour Australie-Fidji ou 142 € pour Argentine-Samoa). Concrètement ? Comptez entre 135 et 142 € la nuit en moyenne les soirs de match.

L’étude précise par ailleurs qu’à la même période l’an dernier, seulement 5 % des logements étaient proposés à plus de 150 € la nuitée.

Pour les quarts de finale, comptez plus de 600 €/nuit à Marseille

Deuxième ville où “l'effet mondial” se fait clairement sentir : Marseille. La cité phocéenne connaît une augmentation globale moyenne de +38 % sur toute la période de la compétition. Et les prix doublent certains soirs de matches au Vélodrome. Avec des records au-delà des 649 euros la nuit (pour 5% des locations les plus chères) lors des quarts de finale, les 14 et 15 octobre !

En moyenne, préparez-vous à débourser 194 € la nuitée le soir du match Angleterre-Argentine (+81%) ou 182 € le soir de France-Namibie. Ce soir-là, vous pourrez aussi dégoter quelques logements à plus de 500 € la nuit. Soit des prix près de trois fois supérieurs à la normale en cette saison. À ce prix-là, ne vous attendez pas au combo champagne-caviar pour autant.

Et près de 1 000 €/la nuit pour la finale à Saint-Denis

Ville hôte du plus grand nombre de matches (dix tout au long de la compétition), Saint-Denis et son Stade de France n'arrivent que troisième de ce palmarès. On observe ainsi une augmentation de +51% (172 euros la nuit en moyenne) le soir de France-Nouvelle-Zélande, de +52% le soir de la première demi-finale (187 euros la nuit) ou encore de +60 % pour la finale (198 euros) et la petite finale (199 euros).

Paris profite aussi de cet effet d’aubaine puisque dans la capitale, 5% de l'offre s’affiche à plus de 975 € la nuit le soir de la finale. Imaginez un nouveau choc des titans ce soir-là (oui, on rêve de voir la France en finale)… et les tarifs des réservations de dernière minute pourraient encore s’envoler. Mais quand on est mordu, rien n’est trop beau. Pas vrai ?

Estimez le loyer de votre bien

Près de 50% d’augmentation moyenne à Lille

Et dans les autres villes hôtes ? Là encore, il va falloir craquer son PEL. Avec des hausses de tarifs de +22% à Nice, +25% à Nantes, +37% à Lyon, +39% à Bordeaux, +41% à Toulouse et +47% à Lille. Dans la capitale des Flandres, ce sont les affiches Angleterre-Chili et Angleterre-Samoa qui observent la plus forte augmentation de prix : 144 € la nuit en moyenne pour un logement. Le soir du match Angleterre-Samoa, 5 % des logements proposés à Lille se louent même à un prix supérieur à 411 € la nuit (contre 230 € à la même période en 2022). 

Allez, disons que ça n'arrive qu'une fois dans une vie.

*Méthodologie: Cette étude a été effectuée en comparant les prix moyens à la nuit des locations de courte durée disponibles dans les villes accueillant des matches de la Coupe du monde de rugby.
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
deux jeunes femmes qui viennent d'emménager
Louer
Quand on met un logement en location, il y a tout un tas de choses auxquelles il faut penser. La caution en fait partie, ou l’acte de cautionnement comme on dit dans le milieu. Mais pourquoi préférer...
Image
Depuis février 2024 les banques examinent à nouveau des demandes de prêt refusées, dans le cadre du dispositif seconde chance
Louer
La vie avec chouchou est derrière vous. Il est temps d'aller de l'avant, mais si vous pouviez conserver ce qui fut le cocon familial, ce serait tout de même plus simple. Le pouvez-vous ? Tout dépend...
Image
Immeubles haussmanniens à Paris
Louer
Nos équipes data-science ont dressé le bilan du marché locatif français, en 2023. Et le résultat n’est pas vraiment reluisant : pénurie de biens à la location et hausse notoire des loyers sont à...