Agent immobilier ou mandataire, les 7 différences 

Karin Scherhag 17 nov 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Agent immobilier vs mandataire : testons vos connaissances avec ce petit jeu des 7 différences.
Image
agents immobilier vs mandataire
Sommaire
Vous allez vendre votre logement ? Comme près de 70% des Français (1), vous aurez recours à un professionnel. Sur votre chemin, vous en croiserez deux types. Le mandataire immobilier. Et l’agent immobilier. Tous deux ont le même objectif : vendre votre logement le plus rapidement et au meilleur prix. Mais ils n’ont pas tout à fait le même profil. Pour vous, on a joué au jeu des 7 différences.

1. L’un est rattaché à une agence physique. L’autre à un réseau.

On parle « d’agents sans agence ». Bien souvent, les mandataires n’ont pas de bureau physique, contrairement aux agents immobiliers. Ils sont la plupart du temps rattachés à un réseau - comme CafpiFrance, IAD, Optimhome – et travaillent depuis chez eux ou en espace de télétravail. À l’inverse, l’agent immobilier est rattaché à une agence immobilière, qui a pignon sur rue. Il peut vous y accueillir. Et comme dans la vie, il y a toujours des exceptions, c’est rare, mais certaines agences immobilières font appel à des mandataires. 

2. L’un a une « carte T ». Pas l’autre.

N’est pas agent immobilier qui veut. Pour détenir le titre, il faut décrocher un précieux sésame : la « carte T ». L’obtention de cette carte professionnelle est conditionnée par la loi (2). Les exigences portent notamment sur la formation, l’expérience ou encore, les garanties financières à apporter pour ouvrir son agence. Le mandataire, lui, est un agent commercial, inscrit au registre spécial des agents commerciaux.

3. L’un travaille en son nom. Le second « au nom d’un autre ».

Comme Max, ils sont libres - de leur temps - grâce à leur statut d’indépendant. Mais si l’agent immobilier travaille en son nom propre, le mandataire est souvent affilié à un réseau. Ce réseau est créé par un agent immobilier, détenteur de la fameuse « carte T ». Le mandataire est donc lié au fondateur du réseau par un contrat de mandat. Il travaille donc « au nom d’un autre ». 

4. L’un perçoit la totalité de la commission. L’autre une partie.

Ils n’ont pas de salaires. Pour vivre, ils touchent une commission. L’agent immobilier percevra la totalité de la commission après avoir vendu votre logement. Le mandataire, lui, n’en perçoit qu’une partie. Cette part est fixée par le contrat de mandat qui le lie à l’agent immobilier.

5. L’un a (souvent) des diplômes. L’autre pas (forcément).

BTS. Bachelor. Licence professionnelle. MBA. Un certain nombre de diplômes permettent de devenir agent immobilier. Mais la carte professionnelle est aussi accordée aux salariés d’agence immobilière (à partir de 3 ans d’ancienneté, sous conditions). Pour être mandataire, nul besoin de présenter un diplôme spécifique. En revanche, les réseaux octroient une formation à leurs recrues.

6. L’un pratique des honoraires plus élevés que l’autre.

C’est l’argument de vente des mandataires avec un grand « A ». Puisqu’ils n’ont pas d’agence physique, ils ont moins de charges. Ils peuvent donc proposer des niveaux d’honoraires un peu plus faibles qu’un agent immobilier. En moyenne, ils coûtent 15% moins cher. Soit environ 1 000 € de moins par transaction (3). Mais rien n’est figé. D’autant que dans la vie, tout se négocie…

7. L’un a plus de parts de marché que l’autre.

Agents immobiliers et mandataires sont légions. Mais les agents immobiliers sont implantés depuis plus longtemps sur le marché. Résultat, quatre ventes réalisées par un professionnel sur cinq sont portées par un agent immobilier (3)
(1) Vague 9 - Sondage Ifop pour Optimhome, mai 2022. 
(2) La loi Hoguet du 2 juillet 1970 et par l’ordonnance 2004-634.
 (3) Baromètre des réseaux de mandataires immobiliers - La Maison des Mandataires - 30 mars 2022.
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
A la une !