Comment faire sortir son logement du statut de passoire thermique ? 

Karin Scherhag 19 mai 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Votre logement est très énergivore ? Suivez nos conseils pour améliorer sa note au diagnostic de performance énergétique... et réaliser de belles économies !
Image
en finir avec les passoires thermiques meilleurs agents
Sommaire
Vous êtes propriétaire d’un bien classé F ou G au diagnostic de performance énergétique (DPE) ? Pas de panique ! Découvrez les travaux de rénovation à effectuer pour améliorer l’étiquette de votre logement… et réaliser de précieuses économies !  

1. L’isolation thermique, votre meilleure alliée pour un bon DPE

C’est le premier poste de dépenses énergétiques. Une bonne isolation thermique permettrait de réaliser jusqu’à 65% d’économies sur les factures d’énergie, indiquent les professionnels du bâtiment. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) est allée plus loin en analysant les principales déperditions d’un logement. On découvre alors que 30% proviennent du toit (toiture et combles) ; 20 à 25% des murs ; 10 à 15% des fenêtres et des sols ; et 10% des ponts thermiques.  Pour améliorer le diagnostic de performance énergétique (DPE) de votre bien, commencez donc par isoler les combles. Côté matériaux, vous avez le choix : laine de verre, de roche ou de mouton, fibre de chanvre et de lin, ouate de cellulose… Le professionnel certifié RGE (Reconnu garant de l’environnement) que vous aurez choisi saura vous conseiller au mieux.  Continuez avec l’isolation des planchers bas. Là, tout dépend de la physionomie de votre logement. ​​Si votre maison est construite sur un terre-plein ou un vide sanitaire non accessible, vous n’aurez d’autre choix que d’isoler par le dessus. Si votre maison est construite sur un vide sanitaire accessible ou un sous-sol non chauffé, optez alors pour l’isolation par le dessous. C’est plus rapide, moins cher et aussi moins contraignant puisque cela ne nécessite pas de refaire le revêtement de sol après travaux.

Le saviez-vous ?

En vigueur depuis juillet 2021, le nouveau DPE se veut plus précis. Résultat : le nombre de logements considérés comme des passoires thermiques devrait exploser : de 4,8 millions selon les premières estimations… à 8 ou 9 millions en réalité ! 
Besoin d’isoler les murs ? Deux solutions s’offrent à vous. Par l’intérieur, avec la pose de panneaux isolants. Ou par l’extérieur, lors d’un ravalement de façade complet. Cette technique permet d’isoler toute l’enveloppe du bâtiment et se révèle donc plus efficace.  Enfin, si ce n’est pas déjà fait, remplacez vos fenêtres à simple vitrage par du double vitrage. 

2. Le chauffage, plus gros poste de dépenses énergétiques

Principale source d'émissions de gaz à effet de serre d’un logement, le chauffage représente en moyenne 60% du budget énergétique d’un ménage français ! Investir dans un système de chauffage plus écologique se révèle donc rapidement rentable. Pompe à chaleur, chaudière à condensation ou à biomasse, radiateur à inertie, chauffage au bois ou à granulés… il y en a pour tous les besoins et tous les budgets. 

Le saviez-vous ?

Depuis le 1er janvier 2022, le service public France Rénov’ vous aide à trouver les bons interlocuteurs et à bénéficier des meilleures aides financières pour mener à bien votre projet de rénovation énergétique. 

3. La ventilation, responsable de 20% des déperditions d’énergie

On y pense moins… et pourtant. Une mauvaise ventilation serait responsable d’au moins 20% des déperditions d’énergie, estiment les professionnels. Pensez donc à installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC) simple flux ou double flux. Conseil bonus : sachez que bien aérer son logement permet de renouveler l'air intérieur et de faire baisser le taux d'humidité de votre bien. L'air étant plus facile à chauffer, vous diminuez d’autant votre facture de chauffage.

Passoires thermiques : le DPE ne suffira bientôt plus pour la vente

À compter du 1er septembre 2022, les vendeurs de maisons individuelles et d’immeubles en monopropriété très énergivores (F et G) auront l’obligation de fournir aux acheteurs un audit énergétique en plus du DPE. Les décrets d’application ont été publiés le 4 mai. L’audit énergétique est une analyse très approfondie des déperditions énergétiques, qui s’accompagne en outre de deux programmes de travaux permettant d’atteindre la lettre B au DPE.  
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
A la une !
Image
Le DPE est remis en cause par le gouvernement
Rénovation énergétique
Une nouvelle révision du DPE devrait intervenir courant février. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, le 31 janvier dernier. Plus tôt, une étude...
Image
Passoires thermiques : le point sur le calendrier
Rénovation énergétique
En 2025, les passoires thermiques classées G seront interdites à la location, à moins d’être rénovées. Et le calendrier ne bougera pas d’un iota ! Pourtant, face à la conjoncture économique inédite...