Rénovation énergétique : ce qui change avec MaPrimeRénov’

Karin Scherhag 28 jan 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Les conditions d'octroi de MaPrimeRénov’, l’aide dédiée à la rénovation énergétique, ont évolué depuis le 1er janvier 2022. Décryptage.
Image
MaPrimeRénov
Sommaire
Alors que l’enjeu environnemental est sans aucun doute un défi incontournable pour les propriétaires comme pour les professionnels de l’immobilier, les conditions pour bénéficier de MaPrimeRénov’, l’aide publique dédiée à la rénovation énergétique, ont évolué depuis le 1er janvier 2022. Décryptage. À l’heure où réaliser des économies d’énergie est devenu une véritable priorité, de nombreux Français qui souhaitent gagner en confort au quotidien hésitent tout de même à entreprendre la rénovation énergétique de leur logement. En cause ? Les coûts importants liés aux travaux. Pourtant… des aides existent ! Au cœur du plan de relance gouvernemental, la lutte contre les  quelque 5 millions de passoires thermiques françaises reste en effet une préoccupation majeure en 2022.   Ainsi, afin de répondre à ce lourd défi climatique, le dispositif MaPrimeRénov’ a été abondé de 2 milliards d’euros supplémentaires pour encourager les propriétaires à entreprendre des travaux de rénovation complets (isolation, chauffage, ventilation…). Et tandis que 764 732 dossiers ont été déposés en 2021 avec 644 073 primes accordées, le gouvernement vient de mettre en place des nouveaux critères pour bénéficier de cette subvention, distribuée prioritairement par l’Anah (l’Agence nationale de l’habitat) aux propriétaires et versée sous la forme d’une prime forfaitaire, variable selon les ressources et le gain écologique après travaux.  

Priorité aux logements anciens 

Le décret n° 2021-1938, daté du 30 décembre 2021, fait évoluer le dispositif  MaPrimeRénov’ pour toutes les demandes déposées à compter du 1er janvier 2022. Concrètement, qu’est-ce-que cela signifie ? Désormais, seuls les logements construits il y a plus de quinze ans (contre deux ans auparavant) seront éligibles à l’aide publique MaPrimeRénov’. Exception faite des demandes de changement de chaudières fonctionnant au fioul.

Des délais rallongés 

Mais ce n’est pas tout. La durée minimale d’occupation du logement pour pouvoir profiter de ce dispositif, grimpe de six mois à huit mois dans l’année pour l’ensemble des bénéficiaires de l'aide (propriétaires de résidence principale, propriétaires bailleurs ou encore copropriétaires). Néanmoins, quelques assouplissements ont été mis en place. Concernant le délai de réalisation  des travaux, le bénéficiaire de MaPriveRénov’ pourra désormais justifier de l’achèvement des  rénovations dans un délai de deux ans (contre un an jusqu’à présent) à compter de la notification d'attribution de la prime ou dans l'année qui suit si l'avance a été versée.  D’autre part, les propriétaires sollicitant l’aide pour des travaux précédant un emménagement ont un an pour en faire leur résidence principale (à partir de la date de paiement du solde de la prime),  contre six mois jusqu’à présent. 

Un simulateur d'aide à la rénovation énergétique 

Afin de guider les Français dans leurs travaux de rénovation énergétique, le gouvernement a mis en place, depuis le 1er janvier 2022, un service public entièrement gratuit. Baptisé France Rénov’, ce dispositif offre ainsi davantage de lisibilité et dispose même d’un simulateur d'aide à la rénovation énergétique qui vous permettra de trouver toutes les informations utiles à la prise en charge de vos travaux. Grâce à cette nouvelle plateforme internet, l'Anah compte distribuer 685 000, voire 800 000 primes en 2022. Vous n’avez donc plus d’excuses pour ne pas entreprendre vos travaux de rénovation !
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
A la une !
Image
Le DPE est remis en cause par le gouvernement
Rénovation énergétique
Une nouvelle révision du DPE devrait intervenir courant février. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, le 31 janvier dernier. Plus tôt, une étude...
Image
Passoires thermiques : le point sur le calendrier
Rénovation énergétique
En 2025, les passoires thermiques classées G seront interdites à la location, à moins d’être rénovées. Et le calendrier ne bougera pas d’un iota ! Pourtant, face à la conjoncture économique inédite...