Quelle revalorisation des APL face à l’inflation ? 

Karin Scherhag 17 aoû 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Face à une inflation record, la revalorisation des aides au logement sera-t-elle suffisante ? Quelles autres mesures sont prévues pour protéger les ménages ? On fait le point.
Image
revalorisation APL
Sommaire
La revalorisation des APL prévue en octobre 2022 sera-t-elle suffisante pour compenser une inflation à 6,8% sur un an en juillet ? Qu'en sera-t-il de la prime inflation et du blocage des loyers ? On fait le point. 

Revalorisation anticipée des APL au 1er juillet 2022

Alors que la revalorisation des aides personnalisées au logement (APL) était prévue au 1er octobre 2022, puis au 1er janvier 2023, le projet de loi portant sur les mesures d'urgence pour la protection du pouvoir d’achat anticipe une revalorisation de 3,5% avec effet rétroactif au 1er juillet 2022. Cette décision de revalorisation anticipée a été prise afin d’éviter que la hausse des revenus des allocataires pour intégrer l’inflation ait un impact trop important sur le calcul des APL En effet, outre les APL, une revalorisation de 4% est prévue pour les retraites, les allocations familiales, les minima sociaux et la prime d’activité, avec là encore effet rétroactif au 1er juillet 2022. De fait, si les APL avaient été augmentées au 1er octobre 2022, elles auraient été calculées sur les revenus incluant cette revalorisation.  En résumé, ce coup de pouce de 3,5% intervient après une hausse de 0,42% et concerne 5,8 millions de ménages français

Mise en place d’un bouclier sur les loyers 

La revalorisation de 3,5% des APL au 1er juillet 2022 s’inscrit également dans la lutte contre la hausse des loyers due à l’inflation. Ceux-ci ont en effet augmenté en moyenne de 2,48% au second trimestre 2022. De plus, dans le contexte actuel, l’indice de référence des loyers (IRL) qui permet de réviser les loyers pourrait bien atteindre les 5,5% d’ici la fin de l’année.  C’est pourquoi le gouvernement a décidé d’instaurer un plafond à l’augmentation de loyer de 3,5% sur un an. Concrètement, un propriétaire ne pourra pas augmenter son loyer au-delà d’un taux fixé à 3,5%. Ce bouclier sur les loyers est mis en place jusqu’au 30 juin 2023.

Le saviez-vous ?

La hausse des loyers commerciaux des PME devrait être aussi plafonnée à 3,5% pendant un an.

Quid de la prime inflation ? 

Le ministre de l’Économie, Bruno le Maire, a promis que le versement de la prime inflation devrait intervenir « courant septembre ». La prime inflation 2022 s’élève à 100 euros par foyer, majorée de 50 euros par enfant Les bénéficiaires de cette prime sont donc : les allocataires de l’ASPA (ex-minimum vieillesse), de l’AAH, du RSA, les bénéficiaires de la prime d’activité ou des APL et les étudiants boursiers. La prime inflation sera automatiquement versée et concerne près de 8 millions de foyers

Le saviez-vous ?

Si vous devez déménager à la suite d’un nouvel emploi, il est possible de demander l’aide Mon job, mon logement auprès d’Action Logement. Réservée aux salariés qui perçoivent jusqu’à 1,5 SMIC (soit 2 517,98 € de salaire brut mensuel), son montant est de 1 000 € et elle doit être demandée dans les trois mois qui suivent la prise d’effet du bail.   
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
A la une !
Image
Immobilier : tout ce qui change en 2024
France
Qui dit nouvelle année, dit aussi nouvelles mesures pour l’immobilier. Revalorisation du PEL. Reconduction du PTZ. Évolution des aides à la rénovation énergétique. Extension géographique de l...