Le prêt à taux zéro reconduit jusqu'à fin 2023

Karin Scherhag 22 nov 2021
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Bonne nouvelle pour les futurs acquéreurs : le prêt à taux zéro est prolongé d'une année supplémentaire et avec les mêmes conditions d'éligibilité. Découvrez si vous pouvez y prétendre.
Image
Sans titre (23) - copie
Sommaire
Dispositif de soutien à l’achat d’une première résidence principale, le prêt à taux zéro (PTZ) devait être interrompu fin 2022. Par ailleurs, les conditions d’éligibilité devaient changer au 1er janvier prochain. Le gouvernement a finalement décidé de le prolonger en l’état pour une année supplémentaire. Comment en bénéficier et à quelles conditions ? On vous dit tout.  C’est un revirement de situation qui va faire des heureux. Après des mois de discussion, le gouvernement a revu sa copie sur le prêt à taux zéro (PTZ). Les conditions d’éligibilité qui devaient évoluer à partir du 1er janvier 2022 resteront inchangées. Mieux, le dispositif est reconduit jusqu'à fin 2023.  Réservé aux primo-accédants, le PTZ vous permet de financer une partie de votre achat immobilier pour des prêts allant de 20 à 25 ans, sans avoir d’intérêts à rembourser. Une mesure conditionnée à vos revenus et à la composition du foyer. Mais pas seulement : le type de bien (neuf ou ancien), le montant de votre achat et sa localisation sont également pris en compte dans le calcul. Voici, dans le détail, les critères d’éligibilité. 

1. Le foyer 

Avant de solliciter votre banque pour l’obtention d’un prêt à taux zéro, vérifiez d’abord vos revenus de l’année N-2. Concrètement, si vous faites une demande en début d’année prochaine, ce sont vos revenus de 2020 qui seront pris en compte. Et ça, ça peut aussi être une bonne nouvelle. Confinés à deux reprises cette année-là pour cause de Covid, des centaines de milliers de Français ont en effet vu leurs revenus baisser. Et seront donc plus nombreux à pouvoir prétendre à un PTZ l’an prochain. Tous les plafonds de ressources sont ici mais à titre d’exemple, sachez que pour un emprunteur seul, les revenus annuels ne peuvent excéder 37 000 euros. Pour un foyer de deux personnes, les revenus maximums sont de 51 800 euros par an. 

2. Le logement

Pour l’achat d’un logement neuf, le prêt à taux zéro peut couvrir jusqu’à 40% du coût total de l’acquisition (toutes taxes comprises). Pour cela, le bien doit se situer en zone d’habitat tendue (A, A bis et B1). En zones B2 et C, le prêt couvrira jusqu’à 20% du montant de l’acquisition. Les acquéreurs d’un logement ancien peuvent aussi bénéficier du dispositif à condition d’avoir à réaliser de lourds travaux de rénovation : le coût de ces travaux doit représenter au moins 25% du montant de l’opération.

Le saviez-vous ?

Les députés Les Républicains demandent la suppression des effets de zonage qui, selon eux, « limitent considérablement ce financement pour 95 % du territoire français et une majorité de ménages susceptibles d’accéder à la propriété hors des grandes villes ou métropoles ». Une proposition de loi a été déposée le 21 septembre. Reste à savoir si l'exécutif se montrera sensible à cet argument, à l'heure où les prix flambent dans de nombreuses zones rurales.

3. Le budget

Si vous souhaitez bénéficier d’un prêt à taux zéro, sachez enfin que le montant de votre achat est lui aussi plafonné. Une famille de quatre personnes ne pourra pas acquérir un logement de plus de 300 000 euros par exemple. Dans ce cas, le PTZ n'excèdera pas 108 000 euros. Pour connaître avec précision le montant du prêt qui pourrait vous être accordé, utilisez le simulateur proposé par l’Agence nationale pour l’information sur le logement.
Saluée par les professionnels du bâtiment, la prolongation du prêt à taux zéro permettra encore à des milliers de locataires de devenir propriétaires. Peut-être une opportunité aussi pour vous ? 
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
A la une !
Image
Les ventes immobilières ont chuté en 2023
Conjoncture immobilière
L’année 2023 devrait se terminer avec un record inédit de baisse des transactions, sur un an. « Du jamais-vu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », constate la Fédération nationale de l...
Image
La taxe foncière va encore flamber en 2023
Conjoncture immobilière
Vous avez ouvert grands les yeux en découvrant le montant de votre taxe foncière l’an dernier ? Attendez-vous à sauter au plafond cette année. Car la note risque d’être salée : +7 % au minimum, sur...