Sécheresse : le prix de votre maison avec piscine peut-il plonger ?

Karin Scherhag 11 avr 2023
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Alertes sécheresse. Restrictions d’eau. Augmentations tarifaires pour les propriétaires de piscine. Si chaque goutte compte pour préserver les nappes phréatiques, on s'est demandé ce qu'il en était de l’impact de toutes ces mesures sur les prix immobiliers.

Image
Arrêtés sécheresse et piscines ne font pas bon ménage
La piscine, c'est une super plus-value pour votre maison. Même avec des arrêtés sécheresse ?
Sommaire

Sécheresse : en France, les restrictions d’eau se multiplient 

Alerte sécheresse. Deux mots qui en disent long. Des Pyrénées-Orientales aux Alpes-Maritimes, en passant par le Var ou le Gard… Depuis plus d’un mois, les alertes comme celles-ci se multiplient sur la moitié sud de la France. Avec leur lot de restrictions, au premier rang desquelles l’interdiction de remplir sa piscine… ou de laver sa voiture. 

Avec l’arrivée des beaux jours, les alertes sécheresse pourraient même pleuvoir sur toute la France dans les prochains jours. Comme ce fut le cas en 2022. D’autant que Christophe Béchu, le ministre de la Transition écologique, a appelé les préfets à « ne pas avoir la main qui tremble pour prendre des arrêtés de restriction d’eau », se déclarant « alarmé » par le déficit d’eau dans les sols. Et de cibler trois régions particulièrement surveillées : « Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et région Sud ». 

Bon à savoir

La liste des communes placées en alerte sécheresse évolue constamment. Pour savoir si la vôtre est concernée, consultez la carte des arrêtés de restriction d’eau mise à jour par le ministère de la Transition écologique.

Et c'est bien une pluie de mauvaises nouvelles qui pourrait continuer de s’abattre sur les propriétaires de maisons avec piscine. Car le 30 mars dernier, Emmanuel Macron a présenté un plan pour améliorer la gestion de l’eau, une denrée qui se raréfie en raison du réchauffement climatique. Ce plan tient en 53 mesures avec un objectif global de réduction des prélèvements d'eau de 10 % d'ici à 2030

Le président de la République a notamment annoncé l’instauration d’une tarification progressive pour les “consommations de confort”. Une mesure qui, on s’en doute, vise particulièrement les propriétaires de piscine, qui devraient voir leurs factures d’eau augmenter en conséquence.

Piscine : une plus-value de 19% pour votre maison

Cela représenterait une manne importante qui devrait servir, par exemple, à financer les agences de l’eau. Importante, le mot est faible : on compte désormais quelque 3,2 millions de bassins privés dans l’Hexagone. Ce qui représente une piscine privée pour... 21 habitants. Soit l’un des ratios les plus élevés au monde ! 

Suite à la crise sanitaire et aux confinements successifs, les commandes de piscine ont même explosé. En 2020 et 2021 : les ventes ont respectivement augmenté de 28% et 22,5% par rapport à l’année précédente. Et ce, malgré un prix relativement élevé : entre 25 000 et 28 000 € juste pour la construction du bassin, sans parler du remplissage bien sûr et de l’entretien (environ 1 000 €/an). 

Mais les propriétaires le savent : la présence d’une piscine est un véritable atout pour leur maison. Selon Meilleurs Agents, un bassin fait bondir le prix d’une maison de plus de 19% en moyenne. Et même de près de 7% pour les appartements, où l’équipement est le plus souvent partagé. Forcément, ça donne envie de faire le grand plongeon. 

Réduire sa consommation d’eau... sans se priver

Sauf qu’une éventuelle interdiction de l’utilisation des piscines privées pourrait avoir de lourdes conséquences sur le prix des biens immobiliers. “Pour le moment, il n’y a pas de mesure nationale de restriction d’eau, seulement des mesures locales et temporaires. Cette régulation des usages des bassins n’a donc pas encore d’impact sur le prix des biens immobiliers”, répond Henri Buzy-Cazaux, président de l’institut du management des services immobiliers. 

S’il est trop tôt pour anticiper une éventuelle décote, les propriétaires peuvent dès à présent modifier leurs comportements, en réduisant leur consommation d’eau. Histoire de pouvoir piquer une tête... sans se prendre la tête. Comment ? Les idées ne manquent pas. Et ça, c’est la bonne nouvelle. À Nice par exemple, Pierre-André a entamé de lourds travaux d'amélioration de sa piscine. “On a diminué le volume de façon à avoir moins d’eau et ensuite, on a mis un volet roulant qui nous permet d’être tout à fait tranquilles. J’avais constamment le souci de remplir l’eau, de surveiller, de nettoyer… Ce problème a été entièrement résolu. J'ai rempli ma piscine il y a un an et demi, depuis je ne l’ai plus touchée" explique l'heureux propriétaire qui pourra barboter à sa guise tout l'été.

Les circuits fermés permettent aussi de réaliser de sacrées économies d’eau. Quant aux professionnels du secteur, ils réfléchissent à récupérer et traiter les eaux grises de chaque habitation pour les filtrer et les réutiliser. Comme ça, on n'en perd plus une goutte !

Estimez gratuitement votre bien en 2 min

Pour les copropriétaires, c’est la goutte d’eau 

Si certains propriétaires grincent déjà des dents à l’idée de ne pas pouvoir utiliser leur piscine cet été, ce sont les copropriétaires qui se montrent les plus inquiets. Forcément. Car l’entretien de cet équipement commun est inclus dans les charges de copropriété qu’ils paient toute l’année... sans avoir la certitude de pouvoir en profiter.

Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Immobilier : tout ce qui change en 2024
France
Qui dit nouvelle année, dit aussi nouvelles mesures pour l’immobilier. Revalorisation du PEL. Reconduction du PTZ. Évolution des aides à la rénovation énergétique. Extension géographique de l...