Immobilier : les grands défis du nouveau ministre du Logement

Karin Scherhag 30 aoû 2023
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Accession à la propriété, rénovation énergétique, pénurie de biens à louer... Patrice Vergriete a du pain sur la planche. Celui qui a succédé le 20 juillet à Olivier Klein à la tête du ministère du Logement veut trouver “des réponses nouvelles” à la crise immobilière. Tour d’horizon de ses principaux chantiers.

Image
Les défis qui attendent le nouveau ministre du Logement
En pleine crise du logement, les défis qui attendent le ministre sont nombreux.
Sommaire

Accession à la propriété

Le ministre en charge du Logement veut “faciliter l’accession des Français et produire des logements là où est leur demande”, martèle-t-il dans les colonnes du Parisien, avant de rappeler qu’un décret flash doit être publié mi-septembre pour élargir le nombre des villes en zone tendue. Ces quelque 200 villes vont pouvoir construire davantage de logements locatifs intermédiaires “pour leurs habitants, les étudiants, les travailleurs essentiels…” Ce changement doit aider les primo-accédants à devenir plus facilement propriétaires.

Crédit immobilier

L’accès au crédit est devenu compliqué mais nous sommes en discussion avec les banques pour y remédier”, confie le ministre. Le marché est “grippé”. Le choix de maîtriser l’inflation passe par une baisse du nombre de prêts, assume-t-il. ”C’est illusoire de vouloir lutter contre”. Patrice Vergriete rappelle cependant qu’il existe des outils pour “amortir ce choc” et croît dans l’un d’eux : le bail réel solidaire (BRS). Un dispositif “encore jeune mais qui commence à trouver sa place” avec un objectif d’au moins 11 000 logements engagés en 2025. Il doit être développé, notamment par les bailleurs sociaux. Mais nécessite un changement de culture. Le principe ? On occupe un bien pour une longue durée, jusqu’à 99 ans, en contrepartie d’un prix réduit de 20 à 40%

Rénovation énergétique

Suite à un nouvel épisode de canicule dans le Sud du pays, le gouvernement réfléchit à prendre en compte dans MaPrimeRénov’ existante des types de travaux permettant de “renforcer le confort d’été dans les logements, comme ce qui se fait en Outre-mer avec les toits sur-ventilés.” Pour rappel, les guichets uniques France Rénov’ doivent à terme regrouper toutes les aides à la rénovation (énergétique, vieillissement, handicap) pour simplifier les démarches des Français.

Concernant les problématiques de rénovation en copro, Patrice Vergriete répond qu’il faut trouver un meilleur accompagnement des copropriétés. “On regarde comment tenir le calendrier fixé (de 2023 à 2025 selon la taille) en développant des offres de financement plus simples à mobiliser.

Encadrement des loyers

"À titre personnel", Patrice Vergriete se dit favorable à ce que les élus locaux puissent appliquer ou non l'encadrement des loyers sans demander l'autorisation à l'État, comme c'est le cas actuellement.

Estimez le loyer de votre bien

Meublés touristiques

C’est un secteur qui doit être “régulé”, indique-t-il. Et de prendre l’exemple de Paris ou Saint-Malo qui ont mis en place des contraintes à travers l’enregistrement, un système de compensation, des quotas… “D’autres sont possibles. Il faut donner aux collectivités locales une boîte à outils de mesures pour mieux encadrer et adapter cette activité à la réalité de leur terrain. Cela peut prendre la forme d’une loi et d’une réglementation."

En revanche, la réforme de la fiscalité sur les meublés touristiques, réclamée avec insistance par des élus de tous bords qui les accusent d'empêcher les locaux de se loger "prendra sans doute un petit temps", concède-t-il.

Logement étudiant

Plus de 7 000 logements sociaux étudiants ont été construits l’an passé, rappelle encore Patrice Vergriete à nos confrères du Parisien. “C’est peu à l’échelle des 2,8 millions d’étudiants en France, mais on n’en a jamais autant créés.” Le locatif privé reste donc, selon lui, “indispensable”. Le nouveau ministre du Logement aimerait par ailleurs favoriser la création de résidences services à loyers intermédiaires, “moins chers de 10% que ceux du marché”. Pour cela, l’État doit poser un cadre général et donner plus de capacité à agir aux acteurs de terrain : collectivités locales, monde HLM, acteurs privés comme associatifs.

Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
A la une !
Image
Immobilier : tout ce qui change en 2024
France
Qui dit nouvelle année, dit aussi nouvelles mesures pour l’immobilier. Revalorisation du PEL. Reconduction du PTZ. Évolution des aides à la rénovation énergétique. Extension géographique de l...