Prospection digitale : les astuces de ceux qui en profitent

krys 15 déc 2017
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
La prospection digitale, que ce soit via des plateformes comme Meilleurs Agents mais aussi via votre site, les réseaux sociaux, les e-mailings… Peut vous faire gagner du temps. À condition de bien vous organiser en amont.
Image
barometre images à la une (26)
Sommaire
Pour développer son activité, la prospection de nouveaux clients, vendeurs ou acquéreurs, est indispensable, mais chronophage : « au minimum 2 à 3 heures par jour, afin de prendre le temps de faire le point sur les prospects à contacter ou relancer, les joindre, discuter avec eux et organiser le suivi des réponses », estime Dominique Luton, responsable de l’agence Orpi Le Buisson Immobilier à Verrières Le Buisson (91). La prospection en ligne, que ce soit via des plateformes comme Meilleurs Agents mais aussi via votre site, les réseaux sociaux, les e-mailings… Peut vous faire gagner du temps. À condition de bien vous organiser en amont. Trouver les messages qui vont vous permettre de vous différencier Avant tout, vous devez définir le type de message que vous voulez faire passer auprès de vos prospects. « Nous misons sur trois caractéristiques, la gratuité des estimations, la fiabilité avec l’évaluation de la solvabilité bancaire des acquéreurs et la liberté du vendeur de signer ou non un mandat exclusif, explique Mathieu Gergaud, responsable de l’agence Nantes Sud Immobilier à Rezé (Loire-Atlantique). Nous reprenons aussi ces messages sur tous nos supports publicitaires, de la vitrine de l’agence à la distribution de leaflets dans les boîtes aux lettres ». Pensez aussi à mettre en avant des choses plus anecdotiques mais qui pourront parfois faire la différence : un collaborateur expérimenté sur le viager, un autre qui parle plusieurs langues étrangères ou encore un autre qui s’est spécialisé dans la gestion locative… Ces messages devront se retrouver sur tous vos points de contacts digitaux également. Que ce soit votre site, votre vitrine digitale, les réponses à vos avis clients… Veillez à ce que tout soit harmonisé. Un futur vendeur qui souhaitera se renseigner sur votre agence ne se contentera généralement pas d’une seule source. Prévoir une plage horaire pour répondre et analyser  Ensuite, il faut s’astreindre à un suivi régulier et attentif des actions engagées. « Les clients sont eux très en avance sur ces sujets, ils n’hésitent pas à télécharger des applications ou à envoyer des mails mêmes tard le soir pour demander des informations », constate Dominique Luton. Il faut donc prévoir du temps dans votre journée pour leur répondre. « Chaque jour, mon épouse, qui est co-gérante de l’agence, passe une heure à une heure et demie par jour à communiquer en ligne, confie le professionnel. Envoyer un mailing ciblé avec un véritable reportage photo et un descriptif complet sur un nouveau bien à vendre par exemple ne demande que quelques minutes, mais il faut avoir constitué au préalable une base de données clients fiable ». La base de données est donc mise à jour en permanence et gérée par une personne qui centralise l’ensemble des informations et analyse les résultats des actions menées. Ciblez vos campagnes  Les réseaux sociaux peuvent aussi vous permettre de gagner du temps. Vous pouvez diffuser votre message à destination d’une cible choisie, sur un quartier précis, en une seule fois, dans une campagne payante. Avec des messages hebdomadaires, vous pouvez aussi relancer des clients, par exemple en leur rappelant vos actions de parrainage. Attention : tout message laissé par un prospect sur la page Facebook de l’agence doit recevoir une réponse rapide dans la journée. Mais il est alors très facilement possible de récupérer les coordonnées du prospect, pour lui proposer un rendez-vous pour une estimation par exemple.  
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
A la une !
Image
PropTech : les perspectives pour 2024
Digital
La PropTech révolutionne l’immobilier. Et bien que l'on apprenne chaque mois que des startups lèvent des millions d'euros, sont-elles à l'abri, peuvent-elles croire en un futur sans nuage ?