Baromètre Meilleurs Agents au 1er mai 2015 - Immobilier parisien et francilien : Première augmentation de la demande à Paris depuis 2011

04 mai 2015
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
L’Indicateur de Tension Immobilière (ITI) remonte à 1,2 acheteur en recherche active pour 1 vendeur. Première hausse depuis 4 ans.
Image
16

Sommaire

Evolution prix immobilier 1er mai 2015 MeilleursAgents publie la 70ème édition de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier à Paris et en Île-de-France basé sur les promesses de vente signées entre le 1er et le 30 avril 2015 et qui se transformeront en actes authentiques dans les 3 prochains mois. Il est donc un indicateur avancé de l’évolution des prix franciliens.

70ème Baromètre Meilleurs Agents - Points clés :

  • L’Indicateur de Tension Immobilière (ITI) remonte à 1,2 acheteur en recherche active pour 1 vendeur. Première hausse depuis 4 ans.
  • En avril 2015, les prix moyens ont légèrement augmenté de +0,2% à Paris et se sont globalement stabilisés en banlieue.
  • Les taux d’intérêt continuent de baisser et font progresser le pouvoir d’achat immobilier : +2,8% à Paris depuis le 1er janvier.
  • Les niveaux des prix, des loyers et des taux rendent progressivement l’achat plus attractif pour ceux qui peuvent emprunter même si le choix entre achat et location n’est pas évident.
  • Mais nous ne mesurons pas de reprise de l’activité, celle-ci reste limitée et les volumes de transactions assez bas.

L'analyse de Sébastien de Lafond

"En avril ne te découvre pas d’un fil ! Le marché immobilier francilien s’est mis un peu à l’abri en regagnant quelques décimales de la baisse accumulée depuis plusieurs mois : +0,2% à Paris dont +1% pour les petites surfaces (studios et 2 pièces), +0,3% dans le 93 (Seine-Saint-Denis) et des prix stables dans les autres départements de Petite et Grande Couronne. Cette légère hausse ne change pas la tendance de fond du marché qui restera durablement orienté à la baisse," commente Sébastien de Lafond, Président et cofondateur de Meilleurs Agents. "Le plus remarquable est toutefois la hausse de la demande à Paris, la première depuis le retournement du marché mi-2011. L’ITI (Indicateur de Tension Immobilière), qui compte le nombre d’acheteurs en recherche active pour un bien en vente, atteint 1,2 après de longs mois de stagnation autour de 1. Pas de quoi révolutionner le marché ! Mais il se passe néanmoins quelque chose. La psychologie des acheteurs est en train d’évoluer vers plus d’envie et moins de frilosité. La baisse continue des taux et des prix fait penser à certains acheteurs que les conditions redeviennent favorables. Nous notions cette évolution des comportements le mois dernier, il semble que la légère hausse de l’ITI la confirme, au-delà de la traditionnelle augmentation de la demande au printemps. Tant qu’il y aura moins de 2 acheteurs en recherche active pour un bien sur le marché, les prix resteront orientés à la baisse, mais nous avons un élément de plus pour dire que le marché immobilier est à un point d’inflexion. Cela renforce notre scénario d’une baisse progressive des prix jusqu’à mi-2016, période à laquelle est attendue une baisse du chômage en France. Contrairement à ce que nous avons parfois lu ces dernières semaines, nous n’enregistrons pas d’augmentation des volumes d’activité et n’anticipons pas de véritable reprise du marché avant l’année prochaine. Pendant ce temps, le pouvoir d’achat immobilier continue d’augmenter : +2,8% à Paris depuis le 1er janvier dernier (+2% dus à la baisse des taux et +0,8% à la baisse des prix)," conclue Sébastien de Lafond.

Acheter ou louer : un choix encore indécis

La baisse des taux et des prix redonne de la vigueur au pouvoir d’achat. De plus en plus de ménages et en particulier d’éventuels primo-accédants ressortent leur calculette et bâtissent de nouvelles simulations. Prenons l’exemple d’un couple à la recherche d’un 2 pièces de 38m² dans Paris. Un tel bien se loue aujourd’hui environ 1.100€ par mois et se négocie à l’achat 300.000€. Seul un apport conséquent de 85.000€ (incluant les droits de mutation) permettrait, avec un crédit de 235.000€ sur 25 ans à un taux de 2,2%, de s’acquitter de mensualités équivalentes au loyer. A condition de disposer d’un solide financement, les mérites de l’achat comparé à la location peuvent à nouveau être envisagés sans reposer sur d’hypothétiques plus-values futures.

Banlieue blues ?

Au mois d’avril, les banlieues sont restées très calmes. Les prix de la Petite Couronne n’ont pas bougé en moyenne, sauf une légère baisse de -0,2% dans les Hauts-de-Seine et une hausse conjoncturelle en Seine-St-Denis (+0,3%). La Grande Couronne a vu ses prix légèrement augmenter (+0,1%). En banlieue comme à Paris, une hirondelle ne fait pas le printemps, la tendance à la baisse persistera encore de longs mois.

À propos du Baromètre Meilleurs Agents

Le Baromètre Meilleurs Agents est calculé tous les mois sur la base des promesses de vente signées par les agences immobilières partenaires. Parallèlement, la Chambre des Notaires de Paris communique un indice basé sur les actes authentiques signés généralement 3 mois après la promesse de vente. Depuis le lancement du Baromètre en septembre 2008, les tendances annoncées par Meilleurs Agents ont toujours été confirmées par les Notaires quelques mois plus tard.

À propos de l’ITI Meilleurs Agents

“ITI = 2” : 2 acheteurs en recherche active pour un bien en vente. Pour chaque marché, l’ITI représente le nombre moyen d’acheteurs en recherche active pour un bien en vente. Il permet d’anticiper l’évolution des prix dans les 12 prochains mois. Interprétation : 4 < ITI : Fort excédent d’acheteurs / Tendance des prix à la hausse 3 < ITI < 4 : Excédent d’acheteurs / Tendance des prix à la hausse 2 < ITI < 3 : Marché équilibré / Tendance des prix à la stabilité 1 < ITI < 2 : Déficit d’acheteurs / Tendance des prix à la baisse ITI < 1 : Fort déficit d’acheteurs / Tendance des prix à la baisse Méthodologie et source : les évaluations de biens réalisées par les internautes sur le site Meilleurs Agents en vue d’un projet de vente ou d’achat. Ces internautes se sont inscrits sur le site, ont renseigné leurs coordonnées personnelles, et communiqué des informations spécifiques nécessaires à l'évaluation d'un bien (adresse exacte, type de bien, étage, surface, nombre de pièces, nombre de salles de bain et 10 autres critères). Ils ont également indiqué leur intention d'achat, de vente ou l'absence de projet particulier. Les acheteurs qui déclarent plusieurs projets d'achat sur une période d'un an ne sont comptés qu'une seule fois. Les vendeurs ne sont comptés qu'une seule fois par bien déclaré à la vente. Au total, sur les zones étudiées, Meilleurs Agents collecte chaque mois en moyenne 150.000 estimations représentant environ 1/3 des volumes de transactions réalisés.
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
French