Érosion côtière : ma commune est-elle concernée ?

Emmanuelle Lopez
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Depuis 50 ans, environ 30 km² de terres ont disparu en France. Quiberon, Arcachon, Biarritz et Saint-Jean-de-Luz figurent parmi les villes les plus menacées par l’érosion côtière. Pour le gouvernement, près de 500 communes doivent prendre des mesures pour lutter contre ce phénomène que la montée des eaux et le changement climatique aggravent.

Image
Vue des toits des habitation de cassis près de la cote
« L'équivalent d’un terrain de football disparaît chaque semaine dans notre pays sous l’effet de la progression des océans », a déclaré Christophe Béchu. @Getty images
Sommaire

La liste des communes concernées par l'érosion s'allonge

Au début du mois d'avril, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, était interviewé dans le JT de TF1. Il estimait alors que « 20 % du littoral » était menacé, de la frontière belge au Pays basque, le pourtour méditerranéen, la Corse et tous les Outre-mer, ce qui représente environ 900 kilomètres de côtes. Il détaillait : « Dans certains endroits, on peut mettre des dunes, dans d’autres, on peut imaginer des digues, mais dans d’autres aussi, il faut dire qu’il y aura des zones qui seront inhabitables et des territoires qui seront de plus en plus grands », s'appuyant sur le travail réalisé par le Cerema, Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement. 

Celui-ci a évalué le nombre de logements susceptibles de disparaître du fait de l'élévation du niveau de la mer. Selon ses prévisions, près d’un millier de bâtiments pourraient être impactés d’ici 2028 et 5 200 logements seraient menacés, dont 2 000 résidences secondaires et 1 400 locaux d’activité. Et si rien n'est fait d'ici là, en 2100, ce sont 450 000 logements, 55 000 locaux d’activité et 10 000 bâtiments publics qui pourraient être touchés. Pour la Corse, les Pyrénées-Atlantiques, le Var, le Calvados, la Seine-Maritime, la Somme, la Martinique et la Guadeloupe, le danger serait imminent.

Les téléspectateurs ont pu alors prendre conscience de « la réalité d’un phénomène qui s'accélère ». Vous pouvez retrouver ici la liste des communes identifiées.

Comment réagir face à l’érosion des côtes ?

Pour éviter le pire d’ici la fin du siècle, il expliquait travailler « sur la base de cartes » et imaginer des solutions, comme des « dispositifs d’indemnisation » ou encore la « possibilité de relogement à l’arrière de la commune » des foyers victimes de la hausse du niveau des eaux. D’ailleurs, il conseillait  « à ceux qui se sentent concernés d’aller voir [leur] maire, parce que c’est auprès de lui qu’on fait ce travail de dentelle ».

Effectivement, la loi Climat et résilience de 2021 prévoit que les maires de ces communes réalisent des cartes du risque de recul du littoral à 30 ans et 100 ans. Ces cartes seront le support d’une réflexion sur de nouvelles règles d’aménagement du territoire, car les zones à risque à l’horizon de 30 ans deviennent inconstructibles, excepté pour l’extension de bâtiments existants et l’installation de nouvelles activités économiques, proches de la mer/de l'océan ou de services publics. Les zones à risque à l’horizon de 100 ans restent constructibles, avec une obligation de démolition quand la menace se rapprochera.

Une facture plus lourde

L’érosion du trait de la côte n’est pas la seule conséquence du changement climatique. Il y a aussi les fissures dans les maisons, les inondations à répétition…, ce qui fait grimper la note « des catastrophes naturelles ». Aussi, le ministre prévient : « Cela va nécessiter que l’on rehausse nos niveaux de solidarité, que l’on paie plus cher nos assurances, et qu’on s’interroge sur la part qui doit être prise par les assurances et celle prise par la solidarité nationale ». Par ailleurs, il reconnait que le fonds Barnier, qui permet d’exproprier et d’indemniser les biens menacés, n’est « pas du tout à la hauteur »  des dégâts constatés. Il souhaite le « transformer en fonds d’adaptation pour être capable de mieux tenir compte de l’ampleur des dégâts et de la facture ».

Cet article vous a été utile ?
0
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
Immeubles végétalisés et ciel bleu
France
Dans les entités urbaines, le manque de place se fait sentir. Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale vit dans les centres-villes... et le phénomène va encore s’accentuer. La...