Travailler à Paris et vivre en province

krysAdmin 07 oct 2022
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Ils ont décidé d'habiter en province tout en continuant à travailler à Paris, pour une meilleure qualité de vie et un logement plus grand.
Image
vivre en province et travailler à paris
Sommaire
La crise sanitaire et ses nombreuses restrictions ont pesé sur le moral des Français. Dans les métropoles, comme à Paris, nombreux sont ceux qui rêvent de grands espaces et d’un plus grand confort de vie au quotidien. Exit les appartements exigus et les mini coulées vertes des plans d’urbanisation ! On veut de la maison avec jardin pour les barbecues du dimanche, ou pour cultiver ses propres légumes à la belle saison.  Avec la démocratisation du télétravail, un grand nombre de Parisiens sont prêts à déménager en province, tout en continuant à travailler à Paris. C’est l’assurance de vivre dans de plus grandes superficies et à des prix plus abordables. En effet, devenir propriétaire dans la capitale demande un budget conséquent. C’est parfois un luxe que ne peuvent s’offrir certains ménages. Selon la carte des prix Meilleurs Agents, il faut débourser en moyenne 10 401 €/m² pour un appartement à Paris (1).  Mais alors, n’y a-t-il que des avantages à quitter la capitale pour la province ? Quelles sont les villes plébiscitées ? Etes-vous prêts à faire des aller-retours réguliers en train pour rejoindre votre lieu de travail ? Voici quelques explications sur ce phénomène qui ne cesse de s’étendre …

Les Parisiens ont le blues...

Ras le bol de Paris ! Huit cadres franciliens sur dix déclarent vouloir quitter la capitale (2) pour de multiples raisons : le coût du logement, la pollution, le stress, les embouteillages, les transports en commun, l’individualisme..… Bref, la liste est longue. En effet les Franciliens ne supportent plus les transports en commun : car ils mettent en moyenne 34 minutes (INSEE 2011) pour se rendre au travail, soit plus d’une heure de transport par jour pour faire quelques malheureux kilomètres.  Sans compter les embouteillages pour les automobilistes : Paris est la ville la plus “bouchée” de France. Les Franciliens consacrent 36% de temps supplémentaire par rapport aux autres grandes villes… Klaxon sans modération. Et pour couronner le tout, le coût de la vie parisienne est en moyenne 9% plus élevé qu’ailleurs en France (3). Pour certaines familles, c’est la goutte d'eau de trop et elles décident de partir vivre en province pour améliorer leur train de vie.

Vivre en province à moins d'une heure de Paris : le choix du roi !

Image
25-1024x576
La plupart des ex-franciliens qui vivent désormais en province, prennent le train, comme d’autres le métro, tous les jours, pour se rendre à leur travail. On les appelle les “Navetteurs”.  Ces allers-retours quotidiens entre leur nouvelle ville d’adoption et la capitale peuvent durer entre 40 minutes et 1h20. Depuis ces trente dernières années, le train a modifié notre référentiel en termes de proximité et d’éloignement. Par exemple, la ville de Tours dont le trajet le plus court en train est de 1h06 est plus proche que certaines villes de la grande banlieue parisienne… Cet engouement pour le transport ferroviaire s’explique principalement par la possibilité de s’agrandir et de devenir propriétaire plus rapidement. Avoir une maison de plus de 200m², c’est inimaginable en région parisienne. Payer le même loyer pour échanger son studio contre un 3 pièces devient possible en s’éloignant un peu de Paris… Ça fait réfléchir, n’est-ce pas ? À moins d’1h10 de Paris, une surface peut être multipliée par 7 ! Ces ex- franciliens ont saisi cette opportunité immobilière en privilégiant des villes situées à environ une heure en train de Paris. Ils partent s’installer à Vendôme, Reims, Chartres. Ou encore à Rouen ou à Tours à un peu plus d’une heure de la ville lumière. Preuve de cet engouement, les prix immobiliers ont augmenté de plus de 3% en un an au Mans, à Lille et à Amiens.

Le saviez-vous ?

Il est également possible de vivre en région parisienne en maximisant la superficie de son logement. Notre article sur le Top 13 des villes offrant le meilleur rapport temps de transport - prix de l’immobilier vous donne quelques clés ! 

Une heure de transport, mais à quel prix ? 

Pour connaître exactement le gain de pouvoir d’achat immobilier d’un ménage parisien qui déciderait de vivre en province,  nos équipes se sont intéressées à un ménage possédant une capacité d’emprunt de 215 000 € environ, soit une surface de 22 m² à Paris, tout en prenant en compte l’un des critères majeurs pour les “navetteurs” : l’accessibilité de Paris en train. Voici les résultats de notre étude :
Image
t1
Indice des Prix de l'Immobilier (IPI)- Meilleurs Agents au 1 er septembre 2020
À Vendôme, située à seulement 42 minutes de la gare de Paris Montparnasse, tout comme à Évreux, d’où l’on peut relier Saint-Lazare 18 fois par jour, les ménages parisiens peuvent s’offrir des biens immobiliers de 186 et 183 m², soit sept fois la surface qui leur est accessible à Paris !
Image
28-1024x576

Le saviez-vous ?

Avec une enveloppe de 215 000 €, les « navetteurs » peuvent également décider d’emménager dans un appartement de 4 pièces d’une surface de 81 m², dans le centre-ville de Lille, la « capitale des Flandres ». 
Image
Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleurs Agents
Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleurs Agents.
L’immobilier en province coûte de deux à quatre fois moins chers qu’à Paris. Partir en province est une belle alternative pour les travailleurs parisiens, permettant d’avoir un cadre de vie plus agréable sans augmenter son budget logement. Dans la prise de décision, il faut prendre en compte les dépenses liées à ce mode de vie, notamment l’abonnement TGV qui peut coûter jusqu’à 600 € par mois. 

Dépendre de la SNCF peut coûter cher

L’eldorado de la “troisième couronne” permet d’accéder à des logements plus spacieux. Mais les navetteurs ne sont pas à l’abri de mauvaises surprises avec certaines lignes vétustes de TGV. En effet, la vétusté et le manque de maintenance peuvent parfois rallonger certains trajets de 55 minutes à 1h30, soit plus de 3 heures de transport par jour, en perspective. Là, on est bien loin d’avoir oublié le stress parisien. De plus, ils ne faut pas oublier les grèves de transports dont les perturbations peuvent être plus ou moins importantes. Ces situations ont des conséquences sur la vie professionnelle : arriver en retard et partit tôt (pour certaines destinations, les derniers trains sont à 17h30…) peuvent freiner des carrières en fonction des métiers, d’après l’association des usagers du TGV (ASUTGV).  Malgré tout, vivre dans une grande maison en province, sans entraver sa carrière reste possible, notamment grâce aux nouvelles organisations du travail : télétravail, temps partiel, semaine de quatre jours, etc... De vrais opportunités !  

S’éloigner encore plus de Paris grâce au télétravail et au temps partiel 

Certains collaborateurs travaillant à Paris font le choix d’avoir leur résidence principale encore plus loin. Ils profitent des opportunités offertes par le télétravail ou le travail à temps partiel pour s’installer dans des villes telles que Caen, Nantes, Bordeaux ou Strasbourg. Victimes de leur attractivité, certaines villes ont d’ailleurs vu leurs prix immobiliers augmenter en un an : plus de 7,7 % à Angers et 6,4% à Rennes. 
Image
t2
Indice des Prix de l'Immobilier (IPI)- Meilleurs Agents au 1 er septembre 2020
Si le ménage parisien décide de s’installer à Angers, d’où l’on peut relier Paris en moins d’1h30 17 fois par jour, il peut s’offrir une maison de 106 m² avec jardin. Pour le même budget, ce même ménage peut également s’installer dans une maison de 141 m² située à 500 mètres de la plage au Havre. Pour les ménages désireux de continuer à vivre dans une grande ville, ils peuvent profiter d’un appartement de près de 50 m² à Lyon ou Bordeaux. À Nantes, où les prix ont augmenté de 7,7 % depuis l’an dernier, un budget de 215 000€ permet de devenir propriétaire d’un appartement de 75 m².   On a posé nos valises à Aix-en-Provence. On ne regrette rien avec ma femme : nous avons quitté un appartement haussmannien de 80m² en location près de Vincennes (2 300 € de loyer) pour devenir propriétaire d’une maison de 250 m² à 600 000 € et une hectare de terrain”, déclare Cédric, ce conseiller en patrimoine, père quadragénaire de trois enfants. “Je pars le lundi matin pour la capitale pour rencontrer mes clients et je dors dans un petit hôtel près de mon bureau. Et je reviens le mercredi soir pour retrouver ma famille. Je suis en télétravail le reste de la semaine en étant dans mon jardin. Même avec les frais de transport et d’hébergement, cela nous revient moins cher en frais fixes. Aucun regret.”

Le saviez-vous ?

Connaissez-vous les locations de logements flexibles ? Ces locations à temps partiel sont la solution idéale pour les navetteurs qui travaillent à Paris juste une partie de la semaine. De nombreux aménagements sont disponibles : studio meublé, chambre chez l’habitant, coliving, etc. À vous de choisir ! 
Ainsi, travailler à Paris pour améliorer votre train de vie en province est une grande décision. En accélérant l’accès à la propriété ou en agrandissant votre habitation, vous ne devez pas minimiser les temps de transport pour vous rendre au travail tous les jours. Le rythme peut être dense, notamment si vous devez prendre le premier train de 6h22, la fatigue peut vite se faire sentir. Il vous faut donc intégrer ce nouveau trajet quotidien plus ou moins long à votre nouvelle organisation. D'ailleurs, passer plus de temps dans les transports n’est pas nécessairement synonyme de corvée. Ce peut être l’occasion de vous reposer en regardant la paysage défiler, ou pourquoi pas de vous retrouver avec vous-même en écoutant votre musique préférée.  Puis, il faut budgétiser votre abonnement SNCF et les frais annexes parisiens : comme la carte Navigo et un pied à terre pour des distances plus longues… Dernier point, les salaires de province sont inférieurs. D’après une étude de l’Insee, les Franciliens gagnent 28 % de plus. Le salaire brut moyen est de 23,90 € de l’heure contre 18,70 € dans l’ensemble de l’Hexagone. Alors, il serait dommage d’avoir plus de frais fixes annexes pour aller vivre en province, non ?
(1) Prix immobiliers Meilleurs Agents au 1er octobre 2022.
(2) Étude Cadre Emploi du 29.08.19

(3) Étude Insee 2015

Méthodologie

Les villes sélectionnées sont celles où il y a plus de 100 navetteurs (source basée sur les flux de mobilité des « déplacements domicile-travail » – INSEE) et où les temps de transport sont inférieurs à 1h10, 2h10 ou 3h de Paris en train. Le pouvoir d’achat immobilier exprime en m2 la surface qu’un ménage parisien de deux personnes peut s’acheter dans les villes citées ci-dessus en prenant en compte le revenu médian, soit une capacité d’emprunt d’environ 215 000 € (taux à 1,3% sur vingt ans).
Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
A la une !
Image
Déco de Noël : les règles en copro
Tendances
Décembre est là et vous voilà en train de déballer boules et guirlandes. Si à la maison vous pouvez tout vous permettre, avez-vous carte blanche dans le hall de l’immeuble, sur votre balcon ou vos...
Image
6 astuces pour passer un été sans clim
Tendances
L’été s’installe et le thermomètre s’affole. Seulement, pour des raisons écolo ou budgétaires, vous refusez d’installer une clim à la maison. Alors, comment supporter les chaleurs estivales ? Voici 6...